Le POC, allié des projets risqués - Image

Crédit : MIT (Tiphaine Ruppert-Abbadi)


Auteur : Tiphaine Ruppert | 07-04-2020

POC signifie « proof of concept ». Tout le monde a eu, un jour, cette idée où il s’est dit : « Et pourquoi pas ? » Et, par manque de visibilité sur sa pertinence réelle, l’a laissée dans son tiroir. C’est là que le POC intervient. Aissam Outchakoucht, responsable en recherche et développement à MIT, agence web basée à Marrakech, le définit ainsi : « C’est une miniature du projet, peu onéreuse, qui permet d’évaluer la faisabilité du produit ou du service et de tester les fonctionnalités que le client a en tête ».

Le POC est donc réalisé très en amont du projet pour vérifier les opportunités et la pertinence de l’idée. « On explore des chemins, on vérifie des hypothèses, on est en plein dans la recherche & développement », poursuit le chercheur.

Quels sont les avantages du POC ?

  • Le prestataire peut adapter au fur et à mesure son travail aux attentes du client.

  • Le client se projette plus concrètement et mesure mieux la nature de son investissement.

  • Les lacunes ou les limites du projet sont identifiées rapidement, avant la mise en œuvre définitive.

  • L’interaction constante permet de réagir avec souplesse.

  • Les retours sur le projets sont plus précis.

  • L’adéquation entre le client et le prestataire est-elle aussi évaluée.

  • Le délai est court et le prix moins élevé.

Et les limites ?

  • Peu onéreux ne signifie pas zéro budget. Pour que le POC soit fonctionnel (donc utilisable) et permette réellement de vérifier la viabilité d’un produit, il doit tout de même être doté de certains moyens.

  • Le process doit inclure une phase de cadrage scrupuleuse afin de définir précisément ce qui doit être testé.

  • Un résultat incertain : il s’agit d’exploration. Il faut s’attendre à ce qu’éventuellement le projet n’aboutisse pas. Même à minima, cela reste un risque.

Un POC est-il toujours utile ?

« Il est essentiel sur de gros projets, innovants », où l’on a peu de recul, estime Aissam. Plus le risque est important, plus le POC se révèle utile. A l’inverse, dans un univers ou sur des technologies mieux maîtrisés, il ne l’est pas autant.

Ainsi, selon le site Appvizer.fr, deux variables sont à considérer : « la complexité des exigences et le niveau d’expertise de l’équipe de sélection et de mise en œuvre ».

On l’aura compris, si l’on choisit de suivre la voix du POC, il faudra mettre toutes les chances et les moyens de réussite de son côté. Et si l’essai et concluant, bon vent à votre idée de génie !