Bien communiquer avec mon développeur web<br>#onnapaslesmemescodes - Image

Crédit : Omayma Elbouanani


Auteur : Tiphaine Ruppert | 07-10-2019

Désormais, votre meilleur ami, c’est votre développeur web.
Votre rôle ? Donner les grandes directions et faire respecter votre vision.
Le sien ? Traduire cela en code et vous faire comprendre les contraintes techniques. Comme dans toute relation, il faudra sans doute faire des compromis, mais votre projet ne verra le jour qu’au prix de ce travail d’équipe.
Cependant, communiquer avec son développeur web n’est pas toujours simple car vous ne parlez pas forcément le même langage. Ce n’est pas parce que l’on veut créer une application mobile, que l’on est un pro des nouvelles technologies, n’est-ce pas ?

1. Savoir faire confiance

La confiance, c’est la base de l’amitié. Pour que la relation avec votre développeur fonctionne, il faudra vous faire confiance à vous et à lui.

A vous, car vous avez choisi minutieusement votre agence web (voir notre article « Bien choisir son agence web ») en cohérence avec votre vision et votre projet.

A lui, car c’est un professionnel. Il connaît son métier. Il a à cœur de fournir le meilleur de ses capacités pour la prestation que vous payez. Un client mécontent est un client qui ne revient pas… et qui fait de la mauvaise publicité.

Donc, pas de panique ! Ne laissez pas vos craintes vous envahir, ni vous ni lui, car le résultat s’en ressentira forcément.

2. Soyez concrets

Votre codeur a besoin d’éléments concrets pour démarrer puis avancer dans son travail. Vous devez lui fournir une définition précise de votre projet, des objectifs clairs, vos priorités, votre budget, vos cibles… Plus le développeur aura d’informations plus il pourra élaborer un site performant.

3. Intéressez-vous à son métier

Pas question de devenir incollable ni un professionnel du développement ! Mais sachez tout de même différencier les différents types de développeurs, en fonction de leurs compétences, et renseignez-vous sur les principaux langages. Vous ne serez pas sur un pied d’égalité mais vous ne serez pas non plus totalement largué !

4. Ni trop ni pas assez

La communication est essentielle à la réussite d’un projet. Encore faut-il bien communiquer ! Le problème, comme dans beaucoup de recettes, c’est le dosage : ni trop ni pas assez.

Vous envoyez 50 messages et autant de mails (plus quelques coups de téléphone) par jour à votre binôme, à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit : c’est trop !

Vous laissez votre téléphone en silencieux, ignorez les messages de votre développeur, ne répondez à aucune de ses questions : ça n’est pas assez !

Entre ces deux extrêmes, se trouve une troisième voie. « On aime quand les clients sont curieux et exigeants, mais seulement quand c'est justifié, car ça pousse à s'améliorer. Idéalement, ils sont aussi organisés », déclare Michel Campaner, dirigeant de Netizis. Pour Youssef Essaddik et Mehdi Abbadi, développeurs à MIT, « le client idéal est celui qui s’implique et qui sait ce qu’il veut, qui ne change pas d’avis en permanence ».

Pour conclure, n’oubliez pas l’étymologie du mot « communiquer » ! Il signifie prendre part à quelque chose, être en rapport mutuel.

Dico de secours

Développeur front-end : il travaille sur ce que vous voyez à l’écran et ce avec quoi vous pouvez interagir. Il a souvent des notion de graphisme. Vous pouvez lui parler de goûts et de couleurs, normalement il vous comprendra. Avec lui, vous parler Javascript, CSS, HTML...

Développeur back-end : lui, il remplit votre site, lui donne sa consistance. Pas de back-end, pas de site. Il gère tout ce qui est invisible mais nécessaire. Ses langages de prédilection : PHP, Ruby, Python…

Développeur full-stack : pas compliqué, c’est le couteau suisse du développement. Il peut gérer un projet du début à la fin.

Cahier des charges : si vous n’avez jamais créé de projets techniques, vous n’avez probablement jamais rédigé ou même esquissé de cahier des charges. Le Journal du Net le décrit ainsi : « Un document contractuel à respecter lors d'un projet […] Il décrit précisément les besoins auxquels le prestataire doit répondre, et organise la relation entre les différents acteurs tout au long du projet ».

Langage : Java, Javascript, HTML, Symfony ou encore Python sont des langages. C’est la base du code. On les choisis en fonction du projet. Il est intéressant d’en connaître les principaux usages mais ce sera à votre développeur de vous guider.